Paris à l'époque de Philippe Auguste

la ville

La ville

Les hôpitaux

Assez peu d'hôpitaux trouvent leur origine à cette époque. Le plus important est sans conteste l'Hôtel-Dieu, dont nous parlons plus bas.

Hormis celui-ci, on trouve des références à

* l'hôpital de la Trinité, fondé sous le règne de Philippe-Auguste, au coin de la rue Saint-Denis et de la rue Grénéta. Il servait de refuge aux voyageurs et aux pèlerins.

Sur la plaque sur l'histoire de Pairs (ci-dessous) au niveau du 142 de la rue St Denis, on peut lire :

" Du 142 au 164 de la rue St Denis s'étendait l'hôpital de la Trinité ..., pour héberger les voyageurs arrivés après la fermeture des portes de l'enceinte de Philippe-Auguste".
plaque sur l'hopital de la Trinité à Paris rue St Denis

On apprend dans le livre "Les hôpitaux et la Charité à Paris au XIIIe siècle" de D. Louis Mackay (1923) que
"la Trinité après 1210 " était desservie par quatre religieux.
Nous remarquons donc que les hôpitaux étaient protégés contre le danger d'un personnel trop nombreux et inutile. Un maximum était fixé et ce nombre ne pouvait pas être dépassé. Peut-être un des secrets du succès de la population de ces hôpitaux se trouve-t-il dans la confiance que leur accordait le public, qui avait l'assurance que ses aumônes seraient employées pour les pauvres et non pas pour entretenir un groupe de personnes inutiles."

* l'hôpital Sainte Catherine, cité dans 'L'histoire physique, civile et morale de Paris depuis les premiers temps historiques jusqu'à nos jours' de J.A. Dulaure (1823) :

"situé rue Saint-Denis, au coin méridional de la rue des Lombards, fondé en 1184, il porta d'abord le nom l'Hôpital des Pauvres de Sainte-Opportune, et fut administré par des frères hospitaliers
Une bulle du Pape Honoré III du 17 janvier 1222 met cet hôpital sous la protection de la Maison-Dieu-Sainte-Catherine. Aux frères hospitaliers se joignirent des soeurs, et cette réunion, qui existait au XIVe siècle ne se soutint pas au XVIe."

* L'Hôtel-Dieu: beaucoup de légendes attribuent une origine différente à cet hôpital dont l'influence sur la ville de Paris a été grande tout au long de l'histoire.
Soit que sa création remonte aux temps druidiques, soit que ces origines remontent au temps de l'empereur Julien II. Il semble plus vraisemblable que Saint Landry, vingt-huitième évêque de Paris soit responsable de la fondation de l'hôpital.
D. Loise Mackay nous dit à ce propos :

Saint Landry surtout est très connu dans l'histoire légendaire comme bienfaiteur, il donnait de ses revenus et vendait même les vaisseaux précieux de sa cathédrale pour soulager les pauvres souffrants. On raconte également qu'il a établi l'hôpital de Saint Christophe près de la cathédrale pour y recevoir des malheureux (...) Les dates de fondations varient selon les auteurs qui rapportent la légende, mais sont toutes comprises entre 651 et 600.
(...)Notre premier document sur l'hôpital de Saint Christophe est une charte de l'évêque Inchade datée de 829. (...) Il suffit de dire ici que, sans aucun doute, cet hôpital était le même que celui que nous connaissons sous le nom d'Hôtel-Dieu (Domus Dei), nom employé pour la première fois dans un diplôme du roi Louis VII de 1157. Jusqu'au milieu du XIIIe siècle nous trouvons pour cette maison trois dénominations : hôpital Saint Christophe, hôpital de Notre-Dame, Hôtel Dieu.
C'est cet hôpital (... qui) a joué un rôle grand ou petit, dans la vie de quantité de personnes de toutes les classes de la société.