Paris à l'époque de Philippe Auguste

la ville

La ville

Les rues

Elles étaient très étroites et enchevêtrées. quelques-unes ne permettaient le passage que d'un seul homme à la fois. Les plus larges étaient la rue Saint-Martin et Grande-Rue Saint Honoré. Une charte de 1222 fixa la largeur d'une de ces rues à un peu moins de 6 mètres pour que deux charrettes puissent se croiser. Apparurent alors des bornes de pierre en bordure de chaussée, afin que les charrettes n'endommagent pas les immeubles. Celles-ci servaient également aux cavaliers pour monter sur leurs chevaux.


Il y en avait moins de 300. Elles étaient boueuses, sales et malodorantes. Ne pouvant plus supporter l'odeur charriée par la boue, un jour de 1185 Philippe Auguste ordonna le pavage des rues.

Philippe Auguste demande à son prévôt de faire paver les rues principales de blocs de pierre à cause de l'odeur insupportable.
Le Paris de cette époque ne sentait effectivement pas merveilleusement bon.