Paris à l'époque de Philippe Auguste

Le mur
Les textes

Texte d'Alfred Bonnardot

Je cite ci-dessous la partie concernant les tours :" Des tours dites tournelles flanquaient, fortifiaient ce gros mur, de distance en distance, et avec assez de régularité. L'espacement moyen entre chaque tour était d'environ trente-cinq toises, quelquefois un peu moindre, mais rarement plus considérable. Ces tours étaient toutes construites d'après le même système et avec les mêmes matériaux. Elles étaient de forme cylindrique, mais jointes au mur de telle sorte qu'elles le débordaient, à l'extérieur, d'un peu plus de la moitié de leur diamètre ; l'autre partie du cercle était si bien incorporée au mur, que du côté de la ville elle ne présentait aucune saillie. L'intérieur des tours était de forme complètement circulaire, du moins dans le principe, je le suppose, car plus tard on a dénaturé quelques-unes. Leur diamètre intérieur était d'environ quatre mètres.

Si quelques plans du XVIe siècle donnent à plusieurs de ces tours une forme carrée, c'est sans doute par erreur, ou c'est qu'elles auraient été refaites ainsi sous Charles V, époque où cette forme était préférée. Sur les plans du siècle suivant, elles paraissent tantôt rondes, tantôt semi-circulaires, de manière à ressembler à un renflement du mur. Celles que j'ai vues debout m'ont cet effet au premier coup d'œil ; mais les meilleurs plans, ceux levés par des toiseurs, leur donnent toujours une ligne circulaire, avec les circonstances que je viens d'expliquer. Quand ces tours figurent sur un plan, sans accompagnement de portions du mur, elles sont toujours à peu près rondes à l'extérieur comme à l'intérieur. Ensuite, quelques-unes ont pu avoir la forme d'une demi-tour, soit que les propriétaires qui les ont achetés les eussent réduites à cet état pour gagner de l'espace, soit qu'elles eussent été ainsi modifiées à dessein sous Charles VI ou postérieurement, comme il arriva du côté de la porte S.Victor. Celles qui fortifiaient le mur aux endroits où il faisait un brusque retour d'équerre étaient peut-être plus fortes que les autres.

Lire la suite

Ces tours sont représentées, sur les vieux plans et sur les estampes, tantôt avec une terrasse garnie d'un parapet crénelé, tantôt sans créneaux, ou coiffées d'un toit conique. Je pense que dans leur état primitif elles étaient toutes crénelées, sans toit, et recouverte d'une plate-forme de pierre, soutenue à l'intérieur par une voûte. Tel était le style des tournelles murales sous Ph. Auguste. Ce n'est que probablement plus tard qu'on les aura recouverts d'un toit, sans doute parce que la voûte avait été détruite.

Il m'a paru possible, à l'aide de nombreux documents matériels ou par analogie, de déterminer, sans trop m'écarter de la réalité, le nombre et la place de ces tours. J'en ai compté 34 au midi et 33 au soir, non compris celles qui fortifiaient les portes. Sauval dit que l'enceinte est flanquée de 600 tours. La réunion de toutes les tours de Paris, y compris les donjons, les tours des portes et celles des nombreuses églises, n'aurait pu fournir ce nombre. Peut-être l'ignorant éditeur du livre de Sauval aurait-il ajouté un zéro. Felibien, qui avait consulté cet ouvrage, crut adoucir et rectifier l'exagération de ce chiffre, en le réduisant à 500. On a peine à concevoir de pareille naïveté. C'est ainsi que G.Corrozet écrivait, mais c'est en 1532, que les murs de Paris avaient sept lieues de long ! Ces tours paraissaient, sur tous les anciens plans, dépasser de quelques pieds la plate-forme crénelée du gros mur. Sur celui de la censive S.Merry, 1550, elles sont ainsi représentées, derrière le couvent des Filles Sainte-Avoye. Sur la vue de Paris prise du sud et signée L.Gaultier, 1607, elles ont la même disposition, ainsi que sur une grande estampe en quatre feuilles, éditée par N.Berey, vers 1660

Quant aux tours qui fortifiaient les portes, elles étaient, sans avoir un plus fort diamètre, élevées de quinze à seize mètres environ, à deux étages ; celles enfin qui formaient tête d'enceinte, comme la tour de Nelse, avaient un peu près vingt-cinq mètres de haut sur dix environ de diamètre extérieur, et offraient trois étages voûtés ; c'étaient de véritables "donjons".